Le ravin du Génie ou la naissance d’un nouveau site de mémoire en Argonne

Fin septembre 1918, craignant un retour offensif de l’ennemi, l’Americain Expeditionary Force (A.E.F.) du général Pershing, engagé dans l’offensive Meuse-Argonne, fait procéder de façon préventive au bombardement de plusieurs installations dans les sous-bois du massif forestier de Lachalade. La tête du Ravin des sept-Fontaines, située non loin de la ligne de front, et dont la proximité avec l’axe de ravitaillement de la Haute-Chevauchée a été largement exploitée par le Génie français, est particulièrement ciblée !

par Allain Bernède général 2s Docteur habilité en Histoire

Plus de quatre-vingts ans après la fin des hostilités, ce ravin baptisé Ravin du Génie par l’état-major du 5e corps d’armée et connu des Poilus sous le nom de Ravin des Cuisines, avait pratiquement disparu au milieu de la végétation. À peine si l’on pouvait distinguer, de-ci de-là, quelques vestiges : un ancien petit oratoire curieusement transformé en réservoir d’eau potable, une cuve en béton prise dans les racines d’un arbre, des tôles cintrées éparses, quelques fragments de poutres fichés dans le sol dont on pouvait penser qu’ils indiquaient les entrées de cagnas effondrées, des traces de boyaux montant vers la ligne de front…

Pour lire la suite de l’article, achetez en ligne 14-18 magazine n° 77 sur  hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.